À combien de parts du capital puis-je prétendre lorsque je suis associé(e) développeur ? C’est une question délicate et un peu taboue. À travers l’interview de Mathilde Lemee, CTO de Jolimoi, nous allons aborder le sujet des répartitions des parts du capital pour les entreprises qui ont au moins 2 cofondateurs.

Lorsqu’on est à l’initiative de la création du projet, on est souvent incité à disposer d’un pourcentage plus élevé que celui des associés. En effet, c’est monnaie courante lorsqu’on se lance dans un projet ou plus simplement dans l’entrepreneuriat de partager les parts selon 2 critères : L’ancienneté et la taille de l’entreprise.

L’ancienneté :

Vous pouvez très bien vous associer dans une start-up après qu’elle ait été créée. En fonction de la date de votre arrivée, vous pourrez prétendre à un pourcentage qui varie entre 5 et 20%. Par conséquent, tout dépendra de la taille de l’entreprise également.

La taille de l’entreprise :

Étant une start-up, en fonction de l’avancée de cette dernière cela évolue :

  • Si vous êtes au stade du « garage » (vous disposez d’un tout petit local, voir aucun et vous vous lancez dans l’entrepreneuriat seul ou à plusieurs), il est normal de répartir équitablement les parts.
  • Si la start-up a eu une levée de fond, vous pourrez prétendre à des parts entre 4 et 10%. Pourquoi ? La prise de risque définit les parts distribuées. Lorsque vous vendrez, potentiellement, vos parts dans le futur (3-4 ans), il faudra anticiper ce risque pris sur votre salaire et vendre vos parts à un prix élevé pour justifier la prise de risque. (Ex : si vous travailliez pour 80k € annuels dans votre ancien job et que vous venez de signer en tant que CTO au sein d’une start-up pour 40K €., vous allez perdre environ 200K € sur 4-5 ans. Au terme de cette période, si vous décidez de vendre vos parts, il faut le faire pour une somme avoisinant les 600k-1M€. Vous comblez ainsi votre perte due à votre prise de risque.

Les risques ne sont pas que dans le pourcentage des parts, d’autres peuvent également envenimer une association.

Établir un contrat :

Comme pour les contrats de mariage, vous disposez d’un contrat en tant qu’associé : « Pack associé ».  Ce contrat vous permet d’avoir des garanties pour pallier les problèmes que vous pourrez rencontrer. Que se passe-t-il si un des associés quitte l’entreprise avec la base client ? Que se passe-t-il si vous mourrez ? A qui revient vos parts ? etc… D’où la nécessité de souscrire un pack associé. Cela vous évitera un certain nombre d’erreurs.

Nous vous invitons à en apprendre davantage sur la vie d’un CTO, comment cela se passe-t-il dans différents aspects de son association, en consultant les interviews de différents CEO, CTO présents au « Web2day ».

L’article vous a plu ? N’hésitez pas à consulter notre article dédié à la forme juridique de votre entreprise, ou à celui dédié aux incubateurs.

Catégories : InformatifsInterviews

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Informatifs

Vie ma vie de CEO

Vous êtes sur le point de devenir CEO ou vous vous êtes déjà lancé(e) dans le grand bain. Vous commencez donc à vous constituer un réseau autour de votre écosystème. Vos amis entrepreneurs vivent très Lire la suite…

Informatifs

Freelance vs CTO : qui choisir ?

Vous avez cette excellente idée que vous désirez développer, mais vous n’avez pas de « background » technique et vous ne savez pas vers qui vous tourner? Que ce soit un freelance ou un CTO, il y Lire la suite…

Informatifs

Qu’est-ce qu’un bon CTO ?

Il est vrai que le terme CTO est devenu très populaire au cours de ces dernières années. Que désigne t’il finalement ? Est-ce un directeur technique ? Un associé ? Un lead développeur ? Sachez une chose, le CTO Lire la suite…