La French Tech, lancée en 2013 par Fleur Pellerin, alors ministre déléguée en charge des PME, de l’Innovation et de l’Économie numérique, est tout d’abord un label décerné à des métropoles françaises ou des bassins économiques dont les startups locales sont reconnues pour leurs efforts en matière d’innovation. Il vise à renforcer les échanges entre les différents acteurs publics et privés de cette communauté, et les encourager à se soutenir les uns les autres, afin de permettre l’émergence de startups innovantes, créer de l’activité économique, assurer l’avenir de la France en termes de compétitivité et lui donner de la visibilité sur la scène internationale pour lui permettre de rayonner économiquement dans le monde entier.

La French Tech désigne aussi l’écosystème des entreprises innovantes françaises ou dont les fondateurs sont français. En ce sens il s’agit d’une marque que les entreprises innovantes de notre pays peuvent utiliser à l’étranger pour capitaliser sur l’image positive de la France, et au bout du compte contribuer à sa réputation d’état innovant. Pour finir, et c’est une conséquence indirecte du point précédent, la marque sert aussi à convaincre les entreprises étrangères de l’attractivité de la France en vue de les inciter à s’y installer et y investir.

Le fonctionnement

Les 13 Métropoles appartenant au réseau French Tech sont Aix-Marseille, Bordeaux, Brest, Côte d’Azur, French Tech in the Alps, Montpellier, Toulouse, Rennes-Saint-Malo, Lille, Lorraine, Lyon, Nantes et Normandie. Dans un contexte de décentralisation de la gouvernance dans notre pays, chacune de ces métropoles fait intervenir entrepreneurs, entreprises, organisations publiques, investisseurs etc. pour animer l’écosystème à l’échelle locale et encourager l’innovation. 

Ces métropoles font aussi partie de réseaux thématiques nationaux, qui regroupent les organisations autour d’un secteur d’activité. Il y en a 9 : HealthTech (sont inclus les acteurs de la e-santé, des BioTech et des MedTech) ; IoT et Manufacturing ; EdTech et Entertainment ; CleanTech et Mobility ; FinTech ; Security et Privacy ; Retail ; FoodTech et AgTech ; Sport.

Un certain nombre de programmes ont été mis en place afin d’aider les startups French Tech :

  • La Bourse French Tech et le fonds French Tech Accélération

La bourse French Tech est décernée aux projets de création d’entreprise à fort potentiel basés sur une innovation; elle peut atteindre jusqu’à 45 000€, selon les besoins.

Le fonds French Tech Accélération, géré par Bpifrance dans le cadre du Programme d’Investissements d’Avenir (PIA), a pour objectif d’accompagner les startups dans leur transformation en entreprise pérenne. Il est doté d’une enveloppe de 200 millions d’euros et investit principalement dans les accélérateurs ou les fonds qui se consacrent eux-mêmes à l’accélération.

  • Le Pass French Tech

Ce programme vise à aider les startups à fort potentiel à croître et à s’internationaliser en leur simplifiant les démarches administratives. Différentes institutions publiques collaborent pour rendre cela possible.

  • Le French Tech Ticket et le French Tech Visa

Le French Tech Ticket a été lancé dans le but d’attirer les entrepreneurs étrangers en France afin qu’ils y créent leur entreprise. Ceux-ci reçoivent chacun un financement de 45.000 euros et un an d’incubation dans l’un des 41 incubateurs partenaires dans toute la France.

Le French Tech Visa est un permis de résidence et de travail assorti d’une procédure d’obtention simplifiée qui permet aux travailleurs du monde de la technologie de s’installer en France; il vise les entrepreneurs étrangers évidemment mais aussi les investisseurs ou les employés étrangers des startups French Tech.

  • French Tech Diversité

Programme d’aide à l’entrepreneuriat destiné aux fondateurs issus de milieux sociaux défavorisés, les startups choisies reçoivent une aide financière directe de 45.000 euros ainsi qu’un an d’incubation dans un incubateur de l’Ile-de-France.

A l’international

22 hubs French Tech ont été ouverts dans des métropoles internationales pour fédérer les entrepreneurs français dispersés aux quatre coins du monde. Il en existe 5 en Europe : à Berlin, Londres, Barcelone, Moscou et Milan; 4 en Amérique du Nord, un en Amérique du Sud; un en Afrique; 2 au Moyen et Proche-Orient; 8 en Asie. Ils sont placés stratégiquement, selon l’importance de l’écosystème local et le nombre de français expatriés y vivant.

Liste des Hubs internationaux : http://hubs.lafrenchtech.com/

Site officiel de la French Tech : https://www.lafrenchtech.com/fr/

Catégories : Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Non classé

Tour d’horizon du marketing digital

Le marketing digital est un sujet de grande importance pour les entreprises du monde numérique. Certaines startups réussissent en grande partie grâce à leur maîtrise de cette activité, et il apparaît comme essentiel que les Lire la suite…

Non classé

Témoignage de Leïla, fondatrice de Nowkey

Cette semaine, nous interviewons Leïla Mehnane, qui nous parle de son projet Nowkey, ainsi que de la rencontre avec son associé Pierre via Cofondateur.fr. Nowkey est une application mobile pensée pour les personnes pratiquant l’équitation et Lire la suite…

Non classé

Les 10 plus grosses levées de fonds de 2018 en France

La French tech se porte plutôt bien : l’année 2018 a battu des records en matière de levées de fonds, avec 3.6 milliards d’euros de total, soit 41 % de plus qu’en 2017, selon le baromètre EY. Gageons que Lire la suite…