Derrière de nombreuses entreprises françaises qui ont réussi, on retrouve très souvent le travail acharné d’une ou de plusieurs personnes qui se sont associées. C’est notamment le cas de l’entreprise Blablacar. Fondée par Frédéric Mazella en 2006, ce dernier est vite rejoint par deux hommes : Nicolas Brusson et Francis Nappez. Ces trois associés, grâce à leurs compétences complémentaires, ont réussi à construire une entreprise forte qui regroupe 60 millions de membres.

Cofondateur.fr vous raconte leur histoire.

 

Blablacar, une licorne qui a connu des débuts difficiles

Blablacar est une plateforme française connue dans plus de 22 pays. Elle fait partie des trois licornes françaises, et est valorisée à plus d’un milliard de dollars.

C’est en 2003, que Frédéric  Mazella, a l’idée de créer un site de covoiturage suite à un besoin personnel. Cette idée, il y a réfléchi pendant des années, et lui vient de Californie. A cette époque, il se rend compte qu’il existe une voie réservée aux voitures transportant plusieurs personnes aux Etats-Unis. Alors qu’il réfléchit à un concept pour tirer profit de son observation, il trouve la solution un soir de Noël lorsqu’il tente de rejoindre sa famille. Tous les trains pour rejoindre la Vendée sont complets. C’est sa sœur qui est finalement venu le chercher. Alors qu’ils sont en route, Frédéric Mazella réalise rapidement que de nombreuses voitures vides vont dans la même direction que lui. C’est à ce moment là que l’idée du covoiturage se concrétise.

Blablacar ne verra le jour qu’en 2006, trois ans après la découverte de l’idée. Baptisée au début Comuto en référence à la traduction latine « échanger », la société change de nom pour Covoiturage.fr. Elle prendra le nom qu’on connait aujourd’hui en avril 2013.

Frédéric Mazella l’assure : les débuts ont été très difficiles. Lorsqu’il lance son activité en 2006, personne ne croyait en son projet. Le fondateur écrivait lui-même ses premières lignes de code et travaillait sur son projet le soir et les weekends. La société changera six fois de business model, mais le fondateur ne lâchera rien. Il réussira par la suite, avec l’aide de ses associés, à construire une entreprise qui est présente dans le quotidien de 60 millions de membres.

Les trois cofondateurs l’affirment : une des clés de leur succès provient de leur capacité à prendre leur temps. En effet, après un lancement en 2006, ce n’est qu’en 2012 que la société investit pour la première fois massivement à une hauteur de 7 500 000€. Les membres de la plateforme décolleront ensuite en 2013 pour atteindre les 5 millions d’utilisateurs avant de connaitre le succès d’aujourd’hui.

 

Trois associés complémentaires

A ses débuts, Blablacar comptait sept actionnaires impliqués, mais au fil du temps, seuls trois actifs sont restés dans l’entreprise.

Frédéric portait déjà le projet avant de rencontrer ses deux associés actuels. C’est en 2006 qu’il fait la rencontre de Francis Nappez (actuel CTO), grâce à son voisin de palier qui les met en relation pour travailler sur un projet de création d’entreprise. Lorsque le projet prend fin, Frédéric et Francis continue à travailler ensemble.

C’est ensuite en 2007 que Frédéric Mazella rencontre Nicolas Brusson, son deuxième associé, par le biais d’un ami commun. Frédéric terminait son MBA à l’INSEAD et Nicolas le commençait. Ce dernier est à ce moment-là investisseur à Londres. Il ne travaille alors pas tout de suite à temps plein pour la société. En effet, il y consacre seulement deux jours par mois.
Dans une interview réalisée par les Echos en 2015, les trois cofondateurs indiquent qu’ils se sont mis à travailler ensemble de manière naturelle et que le pacte d’associé n’a été qu’une formalité. Ils avaient l’habitude de travailler ensemble depuis longtemps. La répartition du capital a été tout aussi simple. Les trois hommes se sont basés sur les apports de chacun aux différents moments de la croissance de l’entreprise.

Ayant tous trois des compétences complémentaires, ils occupent chacun un rôle spécifique dans la société. Frédéric Mazella, président de Blablacar occupe une place importante en tant que représentant de l’entreprise, et gère l’ensemble de la stratégie globale ainsi que la vision du développement. Il s’occupe également de la relation avec les membres et de la communication.

Nicolas Brusson, directeur général, conduit quant à lui l’expansion à l’international, le marketing ainsi que les finances. Le troisième associé, Francis Nappez, a un profil plus technique. Il supervise donc les améliorations et le fonctionnement des sites et des applications mobiles. Sa présence est importante dans la stratégie de Blablacar. En effet, la société prend en compte les retours de ses membres et veille à appliquer leurs suggestions aussi vite que possible. La société réalise ainsi une dizaine de mises à jour de son offre par jour.

« L’association, c’est comme un mariage »

Associés depuis plusieurs années maintenant, le succès de leur entreprise les as poussé à se côtoyer très souvent. Dans la même interview des Echos, Frédéric Mazella précise qu’il passe actuellement plus de temps avec ses deux associés qu’avec sa femme et ses enfants. Ils leur arrivent même parfois de mélanger leurs vies professionnelle et personnelle en partant tous ensemble en vacances. Il est vrai qu’il est difficile de créer une telle réussite sans connaître les personnes avec qui on travaille.

Pour Nicolas Brusson, « l’association, c’est comme un mariage. Cela ne se fait pas en une semaine, mais sur la longue durée. […]. L’association ce sont des relations humaines. ». L’important pour lui, ce n’est pas que son associé soit le meilleur du monde, mais qu’ils partagent ensemble une passion et une même vision sur le projet. Ainsi, il explique que « l’envie de faire des choses ensemble est au moins aussi importante que la capacité de le faire ».

 

 

Cette histoire vous a donner envie d’entreprendre et de vous lancer avec des associés ? Trouvez votre associé technique parmi les nombreux développeurs qui souhaitent s’associer sur Cofondateur.fr.
Découvrez également les témoignages d’Aurélie Toubol et de Charles Colin, deux porteurs de projets qui ont trouvé leurs associés sur Cofondateur.fr et qui sont aujourd’hui dirigeants de leurs entreprises.

Catégories : Interviews

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Interviews

Témoignage. CONITY, le projet de 3 associés, raconté par le Co-fondateur et son CTO.

Cette semaine, nous avons fait la rencontre de Romain, Thomas et Richard, trois entrepreneurs qui ont décidé de se lancer ensemble dans le projet CONITY. Romain et Thomas, amis de longue date, décident de se Lire la suite…

Informatifs

La répartition des parts du capital d’une entreprise

À combien de parts du capital puis-je prétendre lorsque je suis associé(e) développeur ? C’est une question délicate et un peu taboue. À travers l’interview de Mathilde Lemee, CTO de Jolimoi, nous allons aborder le sujet des Lire la suite…

Interviews

Témoignage. Weebike, le projet de 5 associés, raconté par Théo, passionné par l’entrepreneuriat

Théo Péan fait partie d’une équipe de cinq associés. Ils viennent de lancer Weebike, une application de covoiturage dédiée aux cyclistes et aux triathlètes. Ce projet a mis plus d’un an et demi avant de Lire la suite…